The Burton Blog

À propos de l’action en faveur du climat et du COVID-19 : Une lettre de Donna Carpenter

by Donna Carpenter

Bonjour à tous,

Nous avons récemment célébré la Journée de la Terre en Amérique du Nord. C’est le moment de célébrer notre lien avec la nature, mais aussi de tenir compte de ses avertissements concernant la dégradation de l’environnement et la dévastation imminente.

Je sais qu’il est difficile, dans la situation de crise actuelle, de se projeter trop loin dans l’avenir. Nous sommes confrontés à la nécessité immédiate d’assurer la sécurité de nos familles et la viabilité de notre entreprise à long terme. Mais il est important de se rappeler que la crise du coronavirus n’est pas la seule menace pour l’humanité. Depuis longtemps, les scientifiques s’accordent à dire que le changement climatique est causé par l’homme et qu’il constitue une menace existentielle pour la planète.

Les similitudes entre ce à quoi nous sommes confrontés avec ce virus et la menace du changement climatique me frappent :

  1. Ces deux menaces sont invisibles. Tout comme nous ne pouvons pas voir le coronavirus, nous ne pouvons pas voir le carbone dans l’air. Et il est difficile de mobiliser les gens pour lutter contre quelque chose qu’ils ne peuvent pas voir.
  2. Aucune de ces menaces n’est venue de nulle part. Une pandémie comme celle-ci a été prédite par les experts de la santé mondiale. Les experts de la santé publique ont estimé qu’elle était inévitable, tout comme les climatologues persistent à dire : ce n’est pas une question de si mais de quand.
  3. Le refus de reconnaître la menace conduit à l’inaction. Nous sommes tous soumis aux lois de la nature. Nier l’urgence (ou, bizarrement, mettre ces menaces sur le compte d’un « canular chinois ») ne fait que nous laisser sans défense. L’une des leçons que nous avons tirées de la crise actuelle est que plus les mesures que nous prenons sont précoces et audacieuses, mieux c’est.
  4. Une solidarité mondiale est nécessaire pour réduire ces menaces. Il n’y a pas de frontières quand il s’agit de coronavirus ou de changement climatique. Notre destin collectif est entre les mains de chacun d’entre nous.

J’espère que nous prendrons désormais la science du climat plus au sérieux.

Comme vous le savez probablement déjà, le ralentissement surréaliste de la vie sociale et économique en ce moment a donné un moment de répit à notre mère la Terre. La diminution de la pollution de l’air a été considérable. C’est une excellente opportunité de recherche, mais elle ne « résoudra » pas le problème du changement climatique. Nous reprendrons un rythme normal, un jour ou l’autre, dans un avenir proche.

Cela dit, la façon dont nous gérons la crise actuelle donne aux militants du climat, dont je fais partie, de l’espoir pour l’avenir. Faire en sorte que les gens se soucient du bien-être des autres et agissent en fonction de notre destin collectif, a toujours été un obstacle pour le mouvement climatique. Si vous m’aviez demandé il y a quelques mois à peine : le monde s’arrêterait-il volontairement pour sauver 1 à 2 % de la population ? Je vous aurais répondu non.

J’ai espoir que, en tant que communauté mondiale et en tant qu’individus, nous prendrons désormais la science du climat plus au sérieux. Nous avons appris que le déni ne fonctionne tout simplement pas quand il s’agit des forces de la nature. Heureusement, nous avons également appris que nous pouvons prendre des mesures individuelles qui ont un impact mondial.

20A-Donna-EarthDay7.jpg
Photo par Elyse Cosgrove
Le déni ne fonctionne tout simplement pas quand il s’agit des forces de la nature.

Je me souviens du moment décisif dans ma vie, lorsque je suis passée de soucieuse de l’environnement à militante pour le climat. C’était il y a sept ans, lors d’un salon à Denver. Jeremy Jones, le rider et visionnaire derrière Protect Our Winters, m’a approché pour savoir si Burton voulait rejoindre POW. Ali (Kenney, vice-présidente principale Stratégie globale, Analyses et Développement durable) et moi venions juste de commencer nos efforts en matière de développement durable et j’avais le sentiment qu’il était trop tôt pour commencer à prendre la parole. Je lui ai dit que nous devions d’abord rendre verte notre propre maison. Il a répondu que je pouvais faire tout ce qu’il fallait, que je pouvais travailler sans relâche pour rendre notre maison plus verte, mais que cela ne fera pas une grande différence. Ce qu’il fallait, c’était que nous utilisions tous nos voix pour exiger un changement collectif. Burton a rejoint POW ce jour-là et ne l’a jamais regretté, devenant ainsi l’un de leurs plus ardents militants.

Malgré cette situation déplorable, j’espère que cette pandémie sera le « moment décisif » pour tout le monde. Le processus de retour à la vie « normale » va être lent et difficile. Mais je sais qu’une fois terminé, il y aura un besoin refoulé d’aller dehors et faire du snowboard. Il y aura également un besoin refoulé d’agir contre le changement climatique.

Avec beaucoup d’amour et une profonde gratitude,

Donna-Signature-2.jpg
20A-Healthcare-0111.jpg

SHARE